Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Publications Evènements 7e Conférence Nationale Sourcing eDCM : les bonnes pratiques de l’organisation informatique digitale

eDCM : les bonnes pratiques de l’organisation informatique digitale

Comment cultiver la stratégie digitale avec agilité ?

Eric Baussand de eDigital.fr, a présenté une approche organisationnelle et pragmatique pour accompagner les DSI dans la réussite de leur transformation digitale.

Voir l'infographie.

Qu’est-ce que le digital ? Un changement de paradigme plus qu’un changement technologique !

Les informaticiens ont souvent du mal à appréhender ce que l’on attend d’eux en matière de transformation digitale, ils ne comprennent pas en quoi les applications actuelles ne seraient pas « digitales »... La transformation digitale est autant un changement de paradigme de l’organisation que de nouvelles technologies.

Au quotidien, nous sommes tous consommateurs de digital quand il s’agit de connaître les détails de son vol en temps réel, disposer de son argent partout dans le monde, utiliser l’Intelligence Artificielle pour prévoir les cours de la bourse, gérer son identité numérique sur les réseaux sociaux, faire ses courses sur internet, etc. 

Répondre à la question « Qu’est-ce que le digital ? » est un défi car chaque entreprise en a une vision spécifique à son métier. Le digital est porté par l’évolution des usages des consommateurs. On constate, dans de nombreuses entreprises que le digital est abordé en créant un pôle métier dédié au digital ou à l’innovation, l’informatique devant alors reconnecter sa stratégie informatique avec cette nouvelle stratégie digitale d’entreprise.

Pour les DSI, l’arrivée d’une stratégie digitale d’entreprise est un véritable défi organisationnel qui sous-tend la mise en place d’une stratégie IT digitale. Ce n’est plus la DSI seule qui porte les projets, c’est un écosystème complet au sein duquel l’IT doit devenir le partenaire naturel des directions métiers et des acteurs externes.

Développer un modèle complémentaire, basé sur une approche plus empirique et centrée sur les cas d’usage.

Le Gartner (*) a modélisé ce concept autour de deux approches complémentaires (Bimodal): 

•       Le mode 1 « predictable », qui part d’une préoccupation technique pour apporter des solutions aux métiers.

•       Le mode 2 « exploratory », qui part du business - en dehors de toute contrainte technologique - pour aller les solutions technologiques.

L’organisation informatique doit apprendre à développer ce mode deuxième de fonctionnement, en complément du premier, en s’appuyant sur l’agilité, des petites équipes pluridisciplinaires et des cycles courts.  

Les DSI doivent faire évaluer leur posture pour devenir leaders de l’écosystème digital

La transformation digitale passe évidement par un défi technique car il s’agit de construire la bonne solution en intégrant des solutions telles que l’IoT, le Cloud, le Big data, Hadoop, les applications Responsive, la Blockchain, les Bots, Infrastructure as Code, etc.

Mais elle passe aussi par un second défi à relever : celui de mettre en place une organisation capable d’apprendre à faire et reproduire ces nouvelles solutions. Ce qui se traduit concrètement par savoir travailler avec les startups, intégrer les méthodologies agiles, co-développer, exploiter le devops et le crowd sous toutes ses formes (sourcing, testing, etc.), etc.

Si on se place au niveau des DSIs, le mode 1 du Gartner suppose une logique de relations de gré-à-gré. Dans le mode 2, le système repose sur des relations multiples et des méthodes collaboratives. C’est un collectif d’acteurs où le business, l’IT et les partenaires cohabitent sur un même SI. La direction informatique n’est plus cliente des prestataires, elle est techniquement responsable de la plateforme IT qu’elle doit industrialiser pour y accueillir les solutions des partenaires externes (parfois petits et nombreux). Dans cette relation tripartite, elle doit aussi apprendre à coordonner et orchestrer cet écosystème qui intègre le business et les partenaires.

L’organisation informatique digitale progresse dans une logique de création de valeur

Gérer un projet digital n’est pas transformer une organisation. Pour transformer une organisation, il est nécessaire d’aller au-delà d’une la vision projet et de traiter les pratiques de l’organisation.

La maturité digitale s‘étale sur plusieurs transformations majeures.

  • Au niveau 1, l’organisation est organisée pour répondre aux cahiers des charges et fonctionne selon le mode 1 du Gartner.
  • Pour évoluer vers le niveau 2, l’organisation doit adopter des méthodes agiles, c’est-à-dire, apprendre à mener de projets dans une logique de cycles courts. 
  • L’étape suivante, le niveau 3, est plus complexe car il suppose que l’organisation s’approprie les méthodes et les outils collaboratifs. Pour cela, elle doit transformer sa vision basée sur des processus en une vision collaborative reposant sur des modèles collaboratifs. 

Une fois ces pratiques collaboratives acquises, l’organisation progressant vers le niveau 4 développe des pratiques tournées vers l’innovation et le management de la valeur pour atteindre l’excellence digitale.

Aider les DSI à cultiver leur organisation digitale… et engager les collaborateurs vers le collaboratif

Il existe des approches et des méthodes, comme par exemple le référentiel eDCM (**) (eDigital Capability Model©), pour faire grandir l’organisation sur le chemin de la stratégie digitale. Ces bonnes pratiques permettent d’avancer sur les projets, de donner de la perspective et de la visibilité, de communiquer en interne, de lancer rapidement des actions.

Ces méthodes sont une boite à outils pour accompagner les DSI dans leur mutation pour devenir acteurs et leaders sur les projets de transformations digitale de leur entreprise.

Pour en savoir plus sur le référentiel eDCM, le modèle d’aptitude de l’organisation digitale : www.edigital.fr

 

(*) Symposium ITxpo2015-Drive digital business success

(**) eDCM eDigital Capability Model est un référentiel de bonnes pratiques de l’organisation informatique digitale. Le modèle est déposé par eDigtial partners.

Actions sur le document
 
Sections